Comprendre la réforme du Contrat d’Engagement Educatif

.. n’est pas facile.

D’abord parce que le dossier est bien complexe, que les arguments de bon sens viennent de tous les côtés et que la situation ne pourrait se résumer à un affrontement entre les tenants du « Il faut sauver les colos » aux tenants du « Il faut sauver les jeunes salariés ». Cette vision est simpliste mais sans doute efficace dans un débat médiatique. Pas sûr pour autant que des solutions pérennes en émergent. Pour notre part, nous avons tardé à écrire sur cette question car nous étions tiraillés entre des positions contradictoires (dans nos têtes collectives comme dans nos têtes individuelles). Mais ce qui nous a un peu révolté c’est la totale opacité avec laquelle tout se passe et notamment la manière dont le gouvernement a décidé de prendre la question en main. Déjà qu’il n’était pas en avance (la décision du conseil d’Etat était quasi-évidente depuis la décision de la Cour de justice de l’Union Européene), il annonce un groupe de travail qu’il met en place mais dont il refuse toujours de donner la composition. C’est finalement le député en pointe sur le sujet, P.C. Baguet, qui la dévoila via une réponse sur son blog. Nous apprenons ainsi que la branche professionnelle de l’animation est absente (ce qui veut dire pas de syndicats de salariés et pas de syndicats d’employeurs), tout comme les organisations de jeunes. C’est vrai, après tout, que les jeunes ne sont pas concernés…

Aussi pour simplifier la tâche de tout le monde, voici une carte pour s’y retrouver un peu. Aidez-nous à la mettre à jour. Ce sera notre modeste contribution.

La réforme du Contrat d’engagement éducatif dans I love educ pop (iloveeducpop)

L’été de l’éduc pop et de ses soutiens !

L’été c’est la douceur du sable chaud, l’heure de buller après une année pleine de labeur, la détente et tout le reste…

Mais l’été c’est aussi le temps des colos et des centres de loisirs, des moments où on fait autre chose, où l’on est autre part, sans parents mais avec des jeunes un peu plus vieux ou des vieux un peu plus jeunes (c’est selon) qui s’occupent (s’occupaient) bien de nous. Des temps de découverte bien utiles aussi pour respirer (et permettre à nos parents de le faire même si pour la plupart ils n’avaient pas le choix). Des moments d’apprentissage de savoir-faire et de savoir-être indispensables à la vie en société, des temps éducatifs où on se construit avec les autres et que d’histoires… Vous vous souvenez du petit Albert qui vous prêtait ses billes et de la grande Cécile dont vous étiez secrètement amoureux (ou l’inverse) mais aussi d’Antoine votre animateur préféré ou du chien du gardien que vous faissiez tourner en bourrique ?

Quelque soient les noms, qui évoluent avec le temps, et les activités auxquelles vous avez participé à l’époque ou auxquels vos enfants participent aujourd’hui, que ces temps aient été des temps courts ou un peu plus long (excursion d’une journée, mini-camp, grande colo etc.), ce sont autant d’experience de vie qui vous ont marqué (et les marqueront, vos enfants). Sans doute autant que le reste de vos vacances passées en famille.

Et dire que pendant ce temps-là vous ne vous rendiez pas compte que vous étiez en plein dans l’éduc pop… Et que derrière ces souvenirs se cachaient des projets éducatifs et pédagogiques, des équipes d’animation et de direction, des économats, des formateurs, des associations et des fédérations etc. Bref une communauté très large d’acteurs et de structures qui en

Tout cela est toujours vivant mais toujours aussi fragile et parfois en danger.

Aussi et pour que cet été soit utile, vous pouvez agir :

1/ En rappelant votre attachement à l’éduc-pop

* Comme organisateur et animateur : en portant des badges et en collant des affiches (celles du site ici) ou celles que vous produirez à partir des visuels « I love educ pop » et en discutant avec les parents et toutes celles et ceux qui seront interpellés par votre démarche.

* Comme parents : en portant des badges, en discutant avec les animateurs et les directeurs ou directrices et en marquant votre soutien comme vous le souhaitez.

* Comme citoyen en portant des badges et marquant votre soutien d’une manière ou d’une autre (soyez inventifs…).

2/ En étant solidaire pour permettre à tous de partir en vacances

Car encore aujourd’hui,  tout le monde ne peut pas partir en vacances, il est important de faire jouer la solidarité. Vous pouvez soutenir la campagne de la Jeunesse au Plein Air de cette année

2009jpa

Ca vous rappelle quelque chose ?
Qui d’entre-vous n’a pas vendu (ou acheté), un jour, les fameux timbres de la JPA ?  Vous vous souvenez sûrement de celui-ci 1967jpa ou de celui-là  1978jpa

Vous pouvez tous les retrouver ici

Et soutenir la campagne en participant à la collecte de la JPA