Valérie Fourneyron : « Notre pays mérite une politique ambitieuse d’éducation populaire »

Valérie_Fourneyron

Valérie Fourneyron, source Wikipedia

A l’occasion des 5 ans d’I love éduc pop, Valérie Fourneyron, ministre des Sports, de la Jeunesse, de l’Éducation populaire et de la Vie associative, a accepté de publier une tribune sur l’éducation populaire sur notre site. La voici :

Lors de la création du ministère des Sports, de la Jeunesse, de l’Éducation populaire et de la Vie associative, nombreux sont ceux qui se sont interrogés sur la présence des termes « éducation populaire ». Certains y ont vu une rupture, une nouveauté ; il ne s’agit en fait que de la restauration d’une continuité historique. L’« Educ’ Pop’ » irrigue par ses innovations passées et son action présente nos vies quotidiennes. A côté de l’école et de la famille, l’éducation populaire est un lieu pour s’émanciper, se construire, bâtir un parcours. L’éducation populaire a toujours été à nos côtés : dans les centres de loisirs, dans les colonies de vacances, dans les Maisons des Jeunes et de la Culture, dans les écoles ou encore les universités populaires. Parfois même, nous faisons de l’éducation populaire sans le savoir. Lire la suite

Téléchargez notre carte du jeu « Bingo-Jeunesse » !

Vous avez remarqué comme dans les débats/tables-rondes/colloques sur la Jeunesse on entend systématiquement les mêmes phrases sur les jeunes ? Et elles finissent invariablement par miner les discussions.

Heureusement, I love éduc pop a pensé à tout : vous pouvez désormais télécharger notre carte du jeu « Bingo-Jeunesse ».

Pour jouer, c’est très simple, cochez les cases au fur et à mesure que vous entendez les participants prononcer les phrases correspondantes. Quand votre grille est complète, levez-vous et criez « Bingo ! »

Amusez-vous bien !

Débat à Brest Mercredi 29 février 2012

MERCREDI 29 FEVRIER 2012 à 18h00
Rencontre à la librairie Dialogues
autour du livre “10 raisons d’aimer (ou pas) l’éducation populaire”

L’éducation populaire, ça existe encore ?

Avec Mikaël GARNIER-LAVALLEy et Grégory HUCHON, co-auteurs

Dans le débat sur l’éducation qui a tort ? Qui a raison ? Les parents ? L’école ? Les médias ? Les patrons ? Et si on dépassait ce face-à-face ? Entre le toit familial, la rue, le collège ou le lycée, il existe un autre lieu : l’éducation populaire. Pas si mystérieux qu’il en a l’air, un espace où il est possible d’apprendre sans la tutelle des profs et des parents. Faire un journal, créer une association, défendre ses droits à la fac, en stage et pendant la saison, voyager pour coopérer avec des jeunes de différents pays, promouvoir les territoires ruraux, mettre en place un soutien scolaire, lutter contre le sida… Dans ce lieu, on donne confiance, on favorise l’expérimentation entre jeunes sans exclure les adultes.

Toutes les infos sur http://www.eco-sol-brest.net/Rdv-de-l-economie-sociale-et.html

20120229-091656.jpg

Débat sur léducation populaire pour les 50 ans du CCFD

Le CCFD-Terre solidaire, première ONG française de développement organise plusieurs événements partout en France à l’occasion de son 50e anniversaire.
En région centre, un village de la solidarité verra le jour le 2 avril prochain ! Dans le cadre de ce village, plusieurs débats auront lieu dont un qui aura pour thème : « L’éducation populaire pour renforcer les pratiques d’Education au développement »

À partir d’une relecture des liens entre éducation populaire et éducation au développement et à la solidarité internationale, actualiser ces liens et montrer sa pertinence pour renouveler nos pratiques de sensibilisation.

À travers ce débat, le CCFD-Terre solidaire s’interpelle et interpelle sur ses manières d’agir : à trop utiliser des outils pédagogiques « clé en main », oublions-nous les racines de ce qui nous fait éducateur au développement ? « L’outil ne fait pas le formateur » nous dit l’ONG belge ITECO. Le CCFD pose alors la question : comment l’éducation populaire peut renouveler nos pratiques ?

Les intervenants lors du débat :

  • Gwendal Ropars, co-auteur du livre « 10 raisons d’aimer [ou pas] l’éducation populaire »
  • Philippe Marques , de l’association L’engrenage-Un pavé à Tours qui organise des conférences gesticulées.
  • un bénévoles du CCFD-Terre Solidaire.

+ d’infos sur les 50 ans du CCFD en région centre

Le programme du 2 avril